Accueil / Actualite / Facebook : elle met la honte à sa fille de 13 ans qui s’expose en photo

Facebook : elle met la honte à sa fille de 13 ans qui s’expose en photo

Les réseaux sociaux ont révolutionné notre quotidien et Internet est un outil puissant qui peut servir à réaliser de belles actions. Mais pas que…

 

Les réseaux sociaux ont aussi leurs pièges et les enfants et adolescents sont des proies faciles, ne comprenant pas toujours la portée de leurs actions. On a pu voir notamment dans les histoires les plus tristes, des teens qui se suicident suite à du harcèlement on-line, ou encore des jeunes enfants qui se font enlevés suite à des échanges avec des prédateurs sur la toile.

 

labananequiparle-mere-honte-fille-facebook

 

Il faut donc pour les parents, veiller au grain lorsque votre rejeton se lance dans l’aventure Internet. Et c’est le cas de cette mère, qui après avoir surpris sa fille poster des photos choquantes sur Facebook, a réagi d’une manière qui peut paraître dure mais qui est très efficace : foutre la honte à sa fille pour lui passer l’envie de recommencer.

Et d’expérience, je peux vous certifier qu’avoir honte de quelque chose est une méthode très efficace pour ne pas réitérer sa bêtise. Certains trouveront le procédé scandaleux, mais il est bien meilleur qu’une gifle.

 

La vidéo prise par cette mère a été vue plus de 12 millions de fois sur Facebook, le 17 mai 2015. 

On peut facilement imaginer la surprise de Val Starks, cette maman de Denver de 31 ans, lorsqu’elle découvre que sur les réseaux sociaux, sa fille de 13 ans prétend en avoir 19 et pose en sous-vêtements. Etant consciente que d’autres personnes pouvaient être dans le même cas de figure, cette dernière décide de répliquer en exposant la vérité sur le compte de sa fille, plutôt que de régler ça en privé.

Pendant 5 bonnes minutes, au milieu de la rue, elle fait dire à sa fille ce qu’il en est, qu’elle est jeune, 13 ans, qu’elle regarde encore Disney Chanel, qu’elle pose dans des culottes en dentelle qui ne lui appartiennent pas… bref tout un programme !

L’adolescente finit par fondre en larmes, honteuse. Ce qui n’empêche pas sa mère de continuer : « Ne pleure pas maintenant, tu ne pleurais pas quand tu publiais ces photos sur Facebook, en soutien-gorge ou comme une petite fille en petite culotte en dentelle qui ne sont même pas à toi ».

 

 

Elle l’a fait car elle « est une mère avant tout », elle veut éloigner les hommes qui la demandent en contact, hommes qui sont même plus vieux que son père.

« À tous ceux qui sont ses amis sachez qu’elle est une enfant, elle va demeurer une enfant tant et aussi longtemps qu’elle vivra sous mon toit et elle devra faire ce que je lui dis » ajoute Val Starks.

 

« Je suis sa mère avant tout. Je ne suis pas son amie. Je ne suis pas là pour la laisser faire tout ce qu’elle veut. Mon emploi c’est de l’élever et parfois c’est un peu dur. Ce n’est pas quelque chose que je voulais faire. Je lui ai expliqué que je n’ai pas fait ça pour l’embarrasser, mais parce que je l’aime. Je voulais affirmer publiquement, de la part de tous les parents, que ce ne serait pas toléré », conclut-elle sur le site The Denver Channel. Son affaire a fait le tour des média.

 

 

Depuis son action le compte Facebook de la mère a explosé ! Les demandes d’amis ne peuvent plus être acceptées car elle a atteint le nombre maximal (5000). Chaque jour, elle reçoit des témoignages et des soutiens d’autres parents qui la félicitent pour son action.

 

Et vous ? Trouvez-vous la punition appropriée ? La mère a-t-elle bien réagi ou trop violemment pour vous ? Mieux vaut-il une claque ou mettre la honte ? Nous sommes curieux d’avoir votre avis…

 

 

 

À propos Anne-Line

Social media manager, community manager, rédactrice ou encore chef de projet, cette dynamique auto-entrepreneuse a plus d'une corde à son arc. Passionnée par les médias et les réseaux sociaux, Anne-Line est aussi une grande voyageuse, menée toujours plus loin par sa curiosité insatiable.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


*