Accueil / Actualite / Fred et Marie : un court-métrage pour dénoncer la violence psychologique dans un couple.

Fred et Marie : un court-métrage pour dénoncer la violence psychologique dans un couple.

Rate this post

Pour 1 couple sur 8, ceci est une réalité. Les chiffres sont affolants, comme à chaque fois qu’on les regarde, et cela ne s’améliore pas avec les années. Si on parle beaucoup de violence conjugale, on parle souvent de coups et on oublie l’aspect psychologique. Fred et Marie en est une très bonne illustration. 

 

labananequiparle-fred-et-marie-couple-violence-1

 

« Que veux-tu, il est comme ça on n’y peut rien », « vas y réagis, ne te laisse pas faire », « non mais ils s’aiment, il est juste un peu possessif », « en même temps, elle a pas l’air d’avoir trop de caractère »… Voici des phrases qu’on peut entendre lorsqu’on est confronté à la violence. On banalise, on accepte, on ferme les yeux. Et pourtant, non. Il faut réagir. Quand on voit les chiffres des violences sur les femmes, il faut.

 

labananequiparle-fred-et-marie-couple-violence-3

labananequiparle-fred-et-marie-couple-violence-2

« La violence psychologique, c’est de la violence tout court ».

C’est ce que veut démontrer cette campagne de sensibilisation à la violence psychologique dans le couple. Une initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Wallonie et de la CoCoF. Dans chaque couple, il y a des soucis bien sûr, mais chez certains, c’est plus grave que d’autres et les conséquences ne sont pas les mêmes…

Fred et Marie a été réalisé à la demande d’Alexandra Adriaenssens, directrice d’Egalité des chances, une structure belge qui milite pour l’égalité entre les hommes et les femmes :

« Nous sommes les premiers à avoir abordé la violence psychologique. On avait regardé ce qui se faisait déjà, dans d’autres pays, histoire de ne pas réinventer la poudre. C’est là qu’on a constaté qu’en matière de lutte contre la violence conjugale, les autres n’abordaient que les coups. « 

 

 

Et elle est bien plus courante que l’on croit : 1 couple sur 8 pour les chiffres officiels et on ne parle « que » de violence psychologique. Un passif-agressif qui finit par vider sa victime de toute volonté, à la ramener moins que terre, tant et si bien que la victime pense mériter cela. Non, encore une fois non.

 

labananequiparle-fred-et-marie-couple-violence-5

labananequiparle-fred-et-marie-couple-violence-6

labananequiparle-fred-et-marie-couple-violence-7

labananequiparle-fred-et-marie-couple-violence-8

labananequiparle-fred-et-marie-couple-violence-9

 

Avant de « crier au loup », il est très important de faire la différence entre un simple manipulateur et un « pervers narcissique ». En effet, même s’ils peuvent avoir des points communs, ils sont très différents et l’un met vraiment la santé psychologique et la vie de l’autre en danger.

 

Manipulateur : personne qui aime à manipuler autrui pour subvenir à ses besoins ou pour diriger. Le manipulateur ne fait pas forcément du mal. On peut manipuler pour aider, …

Pervers narcissique : personne ayant un amour excessif de sa propre personne cherchant par des manières détournées de faire souffrir, détruire. Personne qui manifeste un esprit malfaisant.

Nous appelons souvent le pervers narcissique « manipulateur pervers ». Or, un manipulateur ne fait pas obligatoirement du mal. Dans tous les couples, par exemple, l’homme et la femme se manipule mutuellement, souvent sans même sans apercevoir et il n’y a cependant pas de mal à cela.

Par contre, le pervers narcissique aime à faire souffrir, détruire pour s’emparer de sa proie et s’accaparer de ses qualités. Il utilise par conséquent la manipulation pour arriver à ses fins. Beaucoup de caractéristiques dénotent la perversion narcissique.

 

Reconnaître un pervers narcissique, faites le test. 

Ces bourreaux sont sournois, séducteurs et rien n’est vraiment visible de façon explicite. D’où le côté pervers de la situation. Le pervers narcissique (PN) est le grand mot à la mode. Si les manipulateurs existent bien et qu’il y en a plusieurs sortes, le PN représente seulement 3% de la population. Mais ces dégâts sont bien réels, destructeurs et ravageurs. La victime ne s’en sort qu’en fuyant ou en se suicidant. Cela peut être un homme ou une femme.

 

Il faut au moins une dizaine de caractéristiques du test ci-dessous pour être un manipulateur pervers :

1 – Il culpabilise les autres, au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle, etc…

2 – Il reporte sa responsabilité sur les autres ou se démet de ses propres responsabilités.

3 – Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et ses opinions.

4 – Il répond très souvent de façon floue.

5 – Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations.

6 – Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.

7 – Il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils ne doivent jamais changer d’avis, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et aux questions.

8 – Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres: il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge.

9 – Il fait faire ses messages par autrui ou par des intermédiaires (téléphone au lieu du face à face, laisse des notes écrites).

10 – Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux règner et peut provoquer la rupture d’un couple.

11 – Il sait se placer en victime pour qu’on le plaigne (maladie exagérée, entourage « difficile », surcharde de travail, etc…)

12 – Il ignore les demandes (même s’il dit s’en occuper).

13 – Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins(notions d’humanité, de charité, de racisme, « bonne » ou « mauvaise » mère, etc).

14 – Il menace de façon déguisée ou fait un chantage ouvert.

15 – Il change carrément de sujet au cours d’une conversation.

16 – Il évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion.

17 – Il mise sur l’ignorance des autres et fait croire à sa supériorité.

18 – Il ment.

19 – Il prêche le faux pour savoir le vrai, déforme et interprète.

20 – Il est égocentrique.

21 – Il peut être jaloux même s’il est un parent ou un conjoint.

22 – Il ne supporte pas la critique et nie les évidences.

23 – Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.

24 – Il utilise très souvent le dernier moment pour demander, ordonner ou faire agir autrui.

25 – Son discourt paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes, ses actes ou son mode de vie répondent au shéma opposé.

26 – Il utilise des flatteries pour nous plaire, fait des cadeaux ou se met soudain aux petits soins pour nous.

27 – Il produit un état de malaise ou de sentiment de non-liberté (piège).

28 – Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui.

29 – Il nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas faites de notre propre gré.

30 – Il est constamment l’objet de discussions entre gens qui le connaissent, même s’il n’est pas là.

 

 

Si le test est positif ou si le moindre doute subsiste, faites-vous aider en appelant le 3919, le numéro de téléphone consacré aux violences conjugales.

La violence psychologique n’est pas à prendre à la légère. Elle peut conduire à des gestes désespérés. Et, contrairement à la violence physique, elle ne laissera jamais de bleu suspect pour mettre la puce à l’oreille d’un médecin ou d’un proche avant qu’il ne soit trop tard.

 

À propos Anne-Line

Social media manager, community manager, rédactrice ou encore chef de projet, cette dynamique auto-entrepreneuse a plus d'une corde à son arc. Passionnée par les médias et les réseaux sociaux, Anne-Line est aussi une grande voyageuse, menée toujours plus loin par sa curiosité insatiable.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*