Accueil / Actualite / Les scientifiques calculent comment survivre aux 30 premières minutes de la guerre nucléaire.

Les scientifiques calculent comment survivre aux 30 premières minutes de la guerre nucléaire.

Voici plus d’un demi-siècle passé depuis 1960, lorsque la Doomsday Clock affichait deux minutes avant minuit. Pourtant, malgré l’effusion constante de films et émissions de télévision comportant des armes nucléaires et des bombes, de moins en moins de gens s’inquiètent activement à une bombe nucléaire de s’éteindre. Ironique. Cela étant dit, savez-vous où et quand vous mettre à l’abri si elle arrivait ?

 

labananequiparle-fin-du-monde

 

 

Où aller ? Comment se protéger ? De quoi aurions-nous besoin ? Ce genre de panique désemparée est exactement ce sur quoi Michael B. Dillon, un scientifique, essaie d’attirer notre attention. Dans une étude publiée aujourd’hui dans les Actes de la Société royale A, Dillon décrit des lignes directrices strictes pour le moment où les survivants d’une explosion nucléaire devraient chercher un meilleur abri contre les retombées ou de façon imminente.

« Les directives actuelles et les études antérieures ne sont pas conformes à la date et aux conditions dans lesquelles les individus mal protégés devraient quitter leurs abris, évacuer ou obtenir un meilleur abri, » explique t-il. « Fournir rapidement un logement convenable aux populations touchées pourrait sauver 10.000-100.000 individus d’une exposition mortelle aux violentes retombées. » Rien que ça. Mais comment arrive-t-il à calculer cela, franchement ?!

L’approche de Dillon est celle d’un mathématicien, et vous pouvez acheter tout cela ici. Mais l’idée de base à retenir est la suivante : si vous êtes pris au piège dans un bâtiment qui ne prévoit pas de grand abri contre les radiations, et vous savez qu’il y a un meilleur abri tout proche, attendez à votre emplacement actuel environ 30 minutes et pas plus (moins de danger physique pour vous). Toutefois, si vous êtes à cinq minutes d’un meilleur abri, vous devriez y aller tout de suite, indépendamment des conditions extérieures.

Cela semble ridicule de se concentrer uniquement sur ??la question de l’abri. Mais il soulève un point important (qui nous laisse pensifs) : la plupart d’entre nous n’ont pas de plan d’urgence pour les situations d’urgence, et encore moins un pour le nucléaire. Bien sûr, vous pourriez dire que c’est assez peu probable. D’autre part, le Bulletin of the Atomic Scientists vient de publier son rapport annuel, en disant que nous sommes maintenant à cinq minutes de l’Apocalypse. Bon, du coup, qui veut son abri anti-atomique ?!

 

 

Source : Gizmodo

 

À propos Anne-Line

Social media manager, community manager, rédactrice ou encore chef de projet, cette dynamique auto-entrepreneuse a plus d'une corde à son arc. Passionnée par les médias et les réseaux sociaux, Anne-Line est aussi une grande voyageuse, menée toujours plus loin par sa curiosité insatiable.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


*