Accueil / Actualite / Quand les fantasmes deviennent réalité

Quand les fantasmes deviennent réalité

Rate this post

Non, vous ne rêvez pas !! Il s’agit bel et bien d’un football américain réservé aux demoiselles en petite tenue. La Legend Football League a sa fédération, ses règles, ses fans, ses stars et même ses chaînes de télévision spécialisées………….

 


LFL (Lingerie Football) Big Hits, Fights, and… par nonabeboproduction

 

La pratique de ce sport existe depuis cinq ans aux Etats-Unis. Directement inspiré du football américain jusque là réservé aux hommes, la Legend Football League se joue en quart temps avec des équipes de défense et des équipes d’attaque. Le principe reste le même que pour les joueurs masculins, aller le plus loin possible avec le ballon dans le camp adverse.

 

Dans le foot amérciain, tout le monde peut plaquer tout le monde

Dans le foot amérciain, tout le monde peut plaquer tout le monde

 

C’est là qu’il convient d’apporter quelques précisions. Inventé au milieu du XIXème du siècle par des colons en manque d’action, le football américain est simple : « The rules are to Kill the quaterback« , énonce la première des règles du jeu. Le quaterback est en quelque sorte le capitaine de l’équipe. Une fois le ballon entre les mains, il doit alors soit courir pour faire un touch down, soit le passer à l’un de ses liners (ailiers). Mais peu importe qu’il ait le ballon ou pas, sitôt entré sur le terrain, ses adversaires ont le droit de le plaquer, de le retourner, de le blesser et en théorie…de le tuer. Lorsque la violence absolue s’habille de sexe, il y a forcément du monde dans les tribunes et beaucoup d’argent en jeu.

 

Attention aux galipettes, en casque, ça peut faire mal

Attention aux galipettes, en casque ça peut faire mal

 

La Legend Football League est arrivée en France en 2013. Alors appelée Lingerie Football League (c’est plus frenchie), ce sport a fait long feu dans l’hexagone. D’après ses organisateurs, ce ne sont pas les joueuses qui manquaient, mais plutôt le public. A Villeneuve-saint-Georges (haut lieu du foot américain en France), les fans étaient en effet davantage habitués à des empoignades viriles qu’à des déhanchées artistiques. La culture de la brute et des bourre piffes aurait bien du mal à franchir la frontière du sexe, chez nous…. Personnellement, je ne m’en plains pas. Car aux Etats-Unis, si ces demoiselles sont court vêtus et arborent le plus souvent des décolletés d’actrices porno, elles sont avant tout de véritables joueuses de foot américain… Autrement dit des bourrins au féminin.

 

Même en petite tenue, ces jeunes femmes se font brutales

Même en petite tenue, ces jeunes femmes se font brutales

 

Les matches dégénèrent souvent en bagarre générale et les images de ces jeunes filles, certes casquées, mais toujours en soutien-gorge et en culotte en train de se filer des pêches et autres gentillesses font bien sûr le tour du web. Bizarrement, il est d’ailleurs beaucoup plus simple de trouver ce genre de vidéos ou de photos, que le palmarès des équipes ou le nom des grandes joueuses.

 

Quelques grandes équipes, mais posent davantage pour les magazines de charme que de sports

Les grandes équipes de la LFL posent davantage pour les magazines de charme que de sports

 

Mais comme je sais que c’est le sport qui vous intéresse et pas seulement de voir de jolis fessiers, je vous les donne en exclusivité : comme chez les garçons, ce sont les équipes de Philadelphie, de Chicago et de Baltimore qui disputent régulièrement la finale nationale aux US. Et outre l’essai non transformé en France, ce sport a fait des émules au Canada et en Australie.

 

Les plaquages donnent souvent à des images à la limite du porno. Et c'est bien le but du jeu

Les plaquages donnent souvent à des images à la limite du porno. Et c’est bien le but du jeu

 

À propos Boris

Journaliste professionnel au Progrès de Lyon. Chef d'informations, fait-diversier. Titulaire de la carte de presse depuis 18 ans

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*