Accueil / Actualite / Vendre sa virginité, la nouvelle mode du web ?

Vendre sa virginité, la nouvelle mode du web ?

Rate this post

Parmi tous les trucs sordides qu’on peut trouver sur la toile, il y en a un qui ressort du lot depuis quelques temps. Vendre sa virginité pour se faire de l’argent facilement et rapidement, voici ce qui motive ces jeunes filles, pour diverses raisons. Mais ce phénomène va-t-il prendre de l’ampleur ? Cela deviendra-t-il un « phénomène de mode » ?

 

La perversité n’a pas de limite et visiblement, cela se monnaie. Si dans les temps anciens, on cédait la fille contre des terres, des richesses ou pour asseoir un statut, on espérait ces méthodes révolues dans notre monde dit civilisé ou tout du moins en voie de disparition.

Malheureusement, Internet, outil merveilleux lorsqu’il est bien utilisé, peut aussi permettre des dérives en tout genre et de vendre tout et n’importe quoi, au grand bonheur toujours d’un internaute. Et la virginité d’une jeune fille/femme a, de tous les temps, été un objet de convoitise. Pas de surprise dans un sens a retrouvé sur le web des jeunes filles qui proposent leur petite fleur à un inconnu contre de l’argent.

hymenoplasty

Des raisons variées

Un autre fait à souligner est que cette pratique se fait dans tous les pays. Que ce soit le Brésil, la Russie, les États-Unis, l’Angleterre, le Japon, … et bien d’autres, on retrouve ce phénomène dans le monde entier.

Les raisons sont nombreuses :

  • A 21 ans, Katherine Stone travaille depuis déja plus de six mois dans une maison de prostitution légale du Nevada (Etats-Unis). Pourtant, la jeune femme est toujours vierge. Mais elle ne devrait pas le rester longtemps : elle a décidé de vendre sa virginité pour aider sa famille. Elle en est déjà à 400 000$ pour le montant le plus élevé des offres faites.

 

  • A 24 ans, Cindy, jeune femme belge croit ainsi «obtenir une vie de princesse». Elle a lancé une offre sur le Net, où ces nouvelles formes de prostitution se multiplient.

 

  • Anna Feschenko, mannequin russe de 17 ans, aurait quitté son pays pour rejoindre Dubaï. Elle s’y serait rendue pour vendre sa virginité. Prix : 100 000€. Elle espérait pouvoir collecter assez d’argent pour financer ses études dans une université de Moscou mais est actuellement introuvable.

 

Bref, vous l’aurez compris, que ce soit pour avoir la belle vie, aider ses proches, pouvoir changer de vie, … Chaque raison à sa validité. Cependant, parfois, les jeunes filles ne sont pas toujours consentantes et sont alors perdues dans les réseaux de prostitution ou de vente d’organes. On se dit alors que la condition de la femme a encore beaucoup d’évolution à avoir.

Et tous les moyens sont bons aussi, que ce soit sur des plateformes d’enchères, ou de vente comme Ebay, des réseaux sociaux comme Facebook, … elles choisissent le médium social qui leur permettra d’avoir le plus d’échos. Autant dore qu’il est difficile d’empêcher sa propagation.

 

8 femmes qui ont vendu une fortune leur virginité 

1. Nathalie Dylan – 3 700 000 $, soit un peu moins de 3 000 000 € 

C’est en 2008 alors qu’elle avait 22 ans que Nathalie a mis au enchères sa virginité sur Internet pour pouvoir financer son master de droit. Ayant fait sa publicité, les enchères ont atteint des sommets, et elle a fini par accepter une offre folle s’élevant à 3,7 millions de dollars. De quoi payer ses études, et celles de tous les étudiants de son école !

a98483_natalie-dylan

 

2. Raffaella Fico – 1 800 000 $, soit environ 1 300 000 €

En 2009, cette top model italienne et star de Big Brother Italie 2008, a mis aux enchères sa virginité pour pouvoir s’acheter une maison à Rome et financer ses cours de théâtre. Résultat, 1,8 millions $ !

a98483_virgin4

 

3. Graciela Yataco – 1 300 000 $, soit un peu moins d’un million € 

En 2005, cette jeune top model péruvienne a vu sa mère tomber gravement malade, et a du en assurer financièrement les factures, en plus de prendre le relai de l’éducation de son petit frère. Elle a alors décidé d’offrir sa virginité au plus offrant, qui s’est acquitté d’un chèque de 1,3 millions $ !

a98483_virgin3

 

4. Catarina Migliorini – 780 000 $, soit plus de 500 000 € 

En 2012, cette june étudiante brésilienne a proposé sa virginité pour pouvoir, selon elle, reconstruire des maisons dans les villages pauvres du Brésil. C’est un japonais qui a rafflé la mise en offrant 780 000 $ à mademoiselle. Elle a ensuite déclaré qu’elle était victime dans cet échange.

Pictured is Brazilian Catarina Migliorini, 20, who today sold her virginity online for #500,000 to a Japanese bidder named Natsu. To go with story SN Virgin 1.

 

5. Cathy Cobblerson – 100 000 $, soit environ 73 000 €

C’est en 2004 que Cathy Cobblerson a proposé sa virginité sur Ebay ! Et bim, 100 000 $ !

1_274908340582

 

6. Unigirl – 32 000 $, soit plus de 23 000 €

En 2010, cette étudiante néo-zélandaise a mis en vente sa virginité pour payer ses frais de scolarité. Préférant rester anonyme, cette étudiante connue sous le pseudo « Unigirl » a réussi à récolter 32 000 $. De quoi couvrir sa scolarité, même si elle redouble…

a98483_virgin1

 

7. Alina Percea – 8 800 Livres Sterling, soit plus de 10 000 €

C’est en 2009 et a 18 ans que cette jeune étudiante roumaine a mis en vente sa virginité pour payer ses études d’informatique. C’est un italien de 45 ans qui a remporté la mise en payant environ 10 000 euros, plus un voyage à Venise pour mademoiselle.

a98483_alina-percea

 

8. Rosie Reid – 8 400 Livres Sterling, soit à peine plus de 10 000 €

En 2004, cette jeune anglaise de 18 ans a vendu sa virginité à un ingénieur de 44 ans qui a réglé environ 10 000 euros pour défleurer la jeune vierge. Depuis, elle est lesbienne.

a98483_virgin22

 

Peut-on juger ces jeunes filles qui font cela ? La virginité a-t-elle si peu d’importance face à certains impératifs ? Etait-ce vraiment la meilleure/seule solution ? On peu se poser autant de questions que l’on souhaite, on ne le saura jamais. Ce qui est certain, c’est que ce genre d’actualité défraie de plus en plus la chronique, au point sûrement d’en inspirer d’autres. Doit-on s’inquiéter ? Qu’en pensez-vous ?

 

Source : buzzly.fr

À propos Anne-Line

Social media manager, community manager, rédactrice ou encore chef de projet, cette dynamique auto-entrepreneuse a plus d'une corde à son arc. Passionnée par les médias et les réseaux sociaux, Anne-Line est aussi une grande voyageuse, menée toujours plus loin par sa curiosité insatiable.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*