Accueil / Actualite / Environnement : la vaisselle jetable sera interdite à la vente dès 2020.

Environnement : la vaisselle jetable sera interdite à la vente dès 2020.

Rate this post

Un grand pas a été fait en matière d’environnement et on espère que cela sera bien appliqué. Un décret publié ce mercredi déclare que le plastique composant la vaisselle jetable devra être biosourcé au moins par moitié d’ici à 2020. Enfin !

 

verre-plastique-768x512

 

Une décision qui soutient celle de 2014

Après un long débat, ce week-end, l’Assemblée nationale vote l’interdiction de la vaisselle jetable en plus de celle des sacs plastiques. Une avancée environnementale non négligeable lorsque l’on connaît tous les débordements en matière de recyclage. Un problème qui avait été abordée par la surfeuse Alison Teal aux Maldivesoù elle dénonçait les îles transformées en décharge géante et qui se déversaient dans la mer, tuant faune et flore. Mais pas besoin d’aller si loin pour être confronté aux problèmes environnementaux.

L’Assemblée nationale a voté en 2014 l’interdiction des sacs en plastique à usage unique, à partir du 1er janvier 2016, et de la vaisselle jetable en plastique à partir de 2020, dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique.

 

fd33d45bfde3884b

 

Aujourd’hui, seule la vaisselle jetable compostable et entièrement constituée de matières biosourcées ou en partie sera donc accessible à la vente. « La teneur biosourcée minimale des gobelets, verres et assiettes jetables de cuisine pour la table en matière plastique (…) est de 50% à partir du 1er janvier 2020 et de 60% à partir du 1er janvier 2025 », précise le décret. La transition se fera donc progressivement.

Selon le gouvernement, près de 5 milliards de sacs de caisse en matière plastique à usage unique et plus de 12 milliards de sacs dits « fruits et légumes » sont encore aujourd’hui distribués dans les commerces. Des chiffres énormes quand on y réfléchit.

 

Une décision controversée

Concernant l’interdiction de la vaisselle plastique à usage unique non compostable, les industriels dénoncent une fausse bonne idée. Selon eux, c’est une décision désastreuse et contreproductive sur le plan environnemental car il ne faut pas confondre compostable et naturellement biodégradable (pour les déchets compostables, ils doivent être traités et recyclés, contrairement aux biodégradables). Ils pensent que cela est contreproductif particulièrement en matière de valorisation des déchets et de lutte contre les déchets sauvages.

« Si les consommateurs confondent compostage et biodégradabilité, ils pourraient abandonner dans la nature de la vaisselle compostable qui ne se dégradera pas. Cette mesure est contre-productive en matière de respect environnemental.»résume Jean Marc NIGOND, Président de la NAVSA (Chambre Syndicale Nationale de vente et services automatiques).

vaisselle-jetable-plastique-768x591

L’argument tient aussi du fait que les sociétés se sont spécialisées dans le recyclage de ce type de déchets et que cela va à l’encontre de leur action. Une perte de temps et d’argent donc. De plus, cela pousse au mauvais comportement du consommateur, qui se dira qu’il peut jeter sa vaisselle n’importe où, pensant qu’elle va se détériorer et se décomposer naturellement dans la nature. Erreur.

De plus, techniquement, ce type de vaisselle ne peut supporter des aliments chauds, ce qui limite de moitié leur utilisation. Un problème technique qui n’est pas encore résolu.

Dernier argument avancé par les industriels, l’obligation de recourir uniquement à de la vaisselle plastique compostable serait une mesure très coûteuse pour les consommateurs, dont les pouvoirs publics (hôpitaux, cantines, prisons…). On observe un rapport de 2 à 6 fois plus cher selon le type de produits concernés par rapport au plastique traditionnel. En outre cette mesure mettrait en danger l’emploi de plus de 650 salariés qui travaillent aujourd’hui dans ce secteur dynamique.

 

2-vaisselle-jetable-plastique-768x558

 

« Au-delà de la perte sèche en emploi sur notre territoire, c’est toute une filière industrielle relocalisée, et en forte croissance, qui serait abattue alors même que les industriels qui la font vivre ont su résister à la concurrence en produisant des biens de qualité, en innovant, en faisant travailler les plus grands designers et contribuant ainsi au rayonnement de la France. » précise Françoise GERARDIDéléguée Générale d’ELIPSO (entreprises de l’emballage plastique et souple).

 

Et vous, pensez vous aussi que ce soit une fausse bonne idée ou bien est-ce juste l’appât du gain qui fait réagir les industriels ?

 

Source : DailyGeekShow ; La Plasturgie

À propos Anne-Line

Social media manager, community manager, rédactrice ou encore chef de projet, cette dynamique auto-entrepreneuse a plus d'une corde à son arc. Passionnée par les médias et les réseaux sociaux, Anne-Line est aussi une grande voyageuse, menée toujours plus loin par sa curiosité insatiable.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*