Accueil / Greenland / Vers la fin des taxes sur le pétrole et le CO2 ?

Vers la fin des taxes sur le pétrole et le CO2 ?

Certes le titre est un brin racoleur, mais si l’on dépose 5 minutes les panneaux et les gilets, nous pouvons, en cherchant un peu, trouver les pépites de demain qui feront que le pétrole sera totalement obsolète et le CO2 une ressource !

Sans plus attendre, voici un petit focus en mode « un homme sain sur une planète saine » avec les start-ups qui révolutionneront le monde demain et feront du mal aux lobbies petro-platico-étatiques !

 

Les plastiques, la plaie de l’écologie

3.2 milliards … une paille quoi !

Le saviez-vous ? Rien que pour les fastfoods, il y a quand même 3,2 milliards de pailles utilisées chaque année ! Une grande partie de ces pailles est utilisée en « à emporter ».
Du coup on ne va pas se mentir, une grosse partie finie sur les pages, dans les océans etc…
La jeune pouce Popstraw (startup de 8 jeunes français, cocoricoooo) ont mis au point des pailles biodégradables (le paquet est pour le moment à 2 Euros les 20 pailles). Elles sont identiques aux pailles plastiques mais biodégradables en 6 à 9 mois au lieu de 100 ans ou pas loin !

 

Plus d’infos sur : https://popstraw.fr/

Edit : Au moment où nous écrivons ces lignes un message annonce l’arrêt de la commercialisation. Nous espérons fortement que d’autres initiatives emboiteront le pas !

 

Une poubelle flottante : le Manta

 

Le navigateur Yvan Bourgnon conduit un projet d’envergure, naviguer sur une poubelle !
Plus précisément une poubelle de tri qui prendra la forme d’un catamaran géant qui, normalement à partir de 2022, aura la lourde tâche de dépolluer les océans. Le principe est « simple ». Prenez un cata, boostez-le pour atteindre la taille d’un terrain de foot, faites-le fonctionner aux énergies renouvelables, et enfin adjoignez-lui une usine de tri des déchets dans les coques : vous obtenez le MANTA !

 

Plus d’infos sur : https://www.theseacleaners.org/fr/le-manta-2/ 

Les bad boys des fruits et légumes !

Il n’y a pas si longtemps, les tatouages étaient réservés au vilains garçons (et ça fait quand même un moment qu’est sortie la chanson « Quand on arrive en ville !!). Bref, c’est ensuite devenu une mode plus qu’un signe distinctif. Toujours est-il qu’aujourd’hui, si vous n’avez pas de tatoo, vous passez pour une pomme (transition toute trouvée !). Il était donc naturel que les fruits et légumes aient aussi droit à leurs marquages. En effet, les étiquettes autocollantes sont aussi actuelles que la chanson susnommée ! C’est pour ça qu’une tendance, à la fois écologique et plutôt sympa, émerge : le marquage laser des fruits et légumes sous forme de tatoo.
A titre d’exemple, une entreprise d’avocats bios a calculé que le marquage de ses produits éviterait en un an la consommation d’une bande d’étiquette de 200 km de long sur 30 cm d’épaisseur (ouais quand même !). Imaginez les bénéfices à l’échelle industrielle !

Plus d’infos : http://laserfood.es/index.php/fr/

 

Et l’Energie dans tout ça ?

 

Allez, on éteint les bactéries et au dodo !

 

Cette jolie technologie s’appelle la bioluminescence, c’est-à-dire la production de lumière par certains organismes vivants (Vers-luisants, lucioles et autres organismes marins).
On ne va pas se mentir, ce n’est pas demain qu’on pourra faire un appel de phare avec des lucioles, l’objectif serait tout à fait réalisable sur de l’éclairage public, par exemple. En effet, cette matière est faite de micro-organismes et donc cultivables à l’infini sans utiliser de métaux rares (comme les LED par exemple) et le tout, sans déchets ! La société travaille à améliorer la luminosité, la stabilité et l’intensité de la solution. Cerise sur le gâteau, tout sera permis en termes de taille, de surface et de forme !

 

 

Plus d’infos : https://www.glowee.com/

 

Pétrole-Algue, les racines c’est ma force !

Je pense que seulement 2 % des gens auront capté la vanne, et n’hésitez à digresser dessus dans les commentaires. Revenons-en a notre pétrole et nos algues. Même si le bilan énergétique d’une telle innovation est encore flou (on parle ici et là d’un recyclage équivalent à 1/6 de l’énergie consommée et donc déployée en CO2), le principe est drôlement intéressant.
Si nous devions le simplifier au maximum, à notre gauche des usines qui rejettent du CO2. Au centre, les usines de traitement de CO2 qui le récupèrent et l’injectent dans des grands tubes contenant des supers concentrations d’algues. Une fois au soleil, ces algues vont permettre la production du fameux « Petrol Bleu ». Celui-ci est utilisable dans nos moteurs actuels.  L’idée est belle. Bon, aujourd’hui, d’après les données de la société BFS qui est à l’origine du process, il faudrait 3300 usines pour produire ce que la France importe en pétrole.

Plus d’infos :

 

Le CO2, parlons-en : 30 % proviennent des voitures, 30% des usines et 30% du chauffage (oui, il reste 10% pour le reste) !

 

Allons prendre un pneu l’air !

Goodyear, au dernier salon de Genève a levé le voile sur sa vision du pneumatique en 2050. Le concept est juste dingue : Absorber le CO2 pour le transformer en oxygène (certes, le grand créateur y avait pensé avant avec les forêts, mais bon, on les coupe pour planter des palmiers… OK, c’est un autre débat).

L’idée de ce pneu est de faire une bande de roulement qui absorbe l’eau et qui la renvoie vers les flancs, composés de mousse végétale. Accessoirement (ou pas) ce pneu va donc absorber l’eau bien mieux que tout ce qui se fait aujourd’hui et donc améliorer l’adhérence.

Cette mousse va prendre le CO2 et produire de l’oxygène grâce à la photosynthèse. Goodyear estime qu’un parc de 2.5 millions de voitures équipées traiterait chaque année 4000 tonnes de CO2 et produirait 3000 tonnes d’oxygène. Ce serait pour le coup un bon bol d’air !

La fabrication de la structure de ces pneus serait assurée à partir d’impression 3D à base de poudre de pneus recyclés. Ce pneu ne serait donc pas sujet aux crevaisons et aurait une durée de vie largement supérieure aux actuels.

Cerise sur le gâteau, ce pneu produirait de l’énergie qui pourrait alimenter le véhicule (clignotant, LED etc.) grâce à la réaction chimique.

Noir c’est noir, et pourtant il y a de l’espoir :

Les gaz d’échappement, c’est polluant et c’est plein de petites particules noires (de la suie par exemple). Bon, jusque-là, j’enfonce une porte ouverte. Seconde porte ouverte : l’encre la plus utilisée est l’encre noir. En bien une fois les gaz d’échappement et la suie récupérés et traités (on va quand même retirer les métaux lourds), la start-up Air-Ink va produire des encres et des peintures. Tout simplement ! L’initiative d’ores et déjà reçu le soutien de nombreux street artistes !

 

Ça va chauffer ! (Boostheat)

 

Un autre créneau ultra-générateur de CO2 est le chauffage domestique. En effet chaque année, les gens (plutôt que de mettre un pull) vont chauffer leur petit nid douillet. Il faut savoir un l’ensemble des rejets de CO2 du chauffage est aussi important que ceux des voitures ! Cocorico la France à décider de révolutionner le monde du chauffage. La société BOOSTHEAT à Toulouse et Lyon produit un système de chaudière qui correspond aux normes qui seront en vigueur autour de 2040. Et elle est dispo là, aujourd’hui ! En gros la première chaudière date de 1907 et n’a presque pas évoluée depuis. Il était temps qu’une entreprise mettre un coup de pied là-dedans. C’est chose faite. Un système de compresseur et 2-3 autre subtilités permettent à BOOSTHEAT d’afficher fièrement qu’ils ont la chaudière la moins énergivore du monde.

 

Plus d’infos : https://fr.boostheat.com

À propos Bananadmin Cyril Labanane

Fondu de Web, de motos et toujours au fait de ce qui Buzz !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

Quelque part sur le Web !