Accueil / Actualite / Demandons à votre corps ce qu’il se passe dans l’heure suivant après avoir mangé Mac Donald…

Demandons à votre corps ce qu’il se passe dans l’heure suivant après avoir mangé Mac Donald…

Rate this post

Nous sommes pas ici pour faire débat entre Quick, Mac Do et Burger King, on est bien d’accord. Nous sommes là pour parler du Big Mac, ce sandwich qu’on aime tous et qu’on avale (presque) en une bouchée. On se sent rassasié un moment, mais après ? Notre corps l’apprécie-t-il autant que nous ? 

 

Etape 1 – L’apport du gras

Notre corps l’aime et en redemande. Il aime le gras, le gras c’est la vie, comme nous dit ce bon vieux Karadoc dans la série Kaamelott. Mais en vrai, c’est pas vraiment bon pour nous. En effet, avant, on pouvait bouger toute la journée et ne pas être sûr du prochain repas, il fallait donc manger consistant.

Mais maintenant, on bouge moins, et du coup, on dépense moins et forcément, on a moins besoin de calories (environ 2000 pour une journée). Le Big Mac en compte 540 à lui tout seul et fait exploser nos taux de sucre.

labananequiparle-fastfood-shutterstock

 

 

Etape 2 – Après 20 minutes, activation des stimulis

Une fois avalé, le Big Mac active notre « circuit de récompense », c’est à dire qu’une partie de votre cerveau est stimulée, celle qui appelle à la sensation de plaisir. C’est la même partie qui est titillée en cas d’ingérence de drogues. Et oui, le sucre et la Coke, même combat (ou presque).

Notre sandwich favori contient en effet un haut taux de sirop de maïs à haute teneur en fructose et du sodium, deux éléments que le corps réclame malgré leur capacité à faciliter l’obésité, le diabète et les maladies du coeur. Ca fait déjà rêver…

labananequiparle-douleurcardiaque-shutterstock

 

 

Etape 3 – 30 minutes. Après le sucre, le sel.

Si votre Big Mac vous fait exploser votre diabète, il n’est pas le seul coupable dans l’histoire. Contenant 970 milligrammes de sodium (sel), il peut provoquer de ce fait une déshydratation (c’est pour ça qu’on vide nos sodas jusqu’à la dernière goutte, et après 1/2L, on a encore soif). Les symptômes de cette dernière  sont semblables à ceux de la faim, ce qui peut vous pousser à manger un deuxième sandwich.

Trop de sel peut être dangereux, notamment pour les reins qui n’arrivent plus à l’éliminer et pour le coeur, qui doit pomper plus vite. Un rythme cardiaque élevé entraînant une pression peut causer des dommages au coeur.

labananequiparle-hamburgerdegoutant-shutterstock

 

 

Etape 4 – 40 minutes. Pics d’insuline et sensation de faim.

Il est possible que vous ayez l’impression d’avoir encore faim alors que vous avez pourtant pris le menu XXL ! Mais comment se fait-ce ? C’est parce que votre corps contrôle plus rien (non vous allez pas faire une descente d’organes, ni vous faire pipi dessus – ou c’est pas la faute du Big Mac). Le taux de sucre étant beaucoup trop élevé dans votre sang, votre corps en veut encore et toujours plus du coup.

Lorsque vous consommez un plat très calorique, la réponse à l’insuline de votre corps peut faire baisser votre taux de glucose. Le sirop de maïs à haute teneur en fructose contenu dans le Big Mac est rapidement absorbé par votre tube digestif, ce qui provoque des pics d’insuline et une sensation de faim.

labananequiparle-pancartehamburger-gilbertmercier

 

Etape 5 – 60 minutes – Une digestion lente, trèèèèès lente…

Certains aliments comme le boeuf peuvent mettre jusqu’à 72h à se faire digérer dans votre estomac. D’où le fait qu’il faut varier sa nourriture et ne pas manger de viande tous les jours, le temps d’évacuer. Plus c’est gras, plus c’est long (et pas forcément bon). Votre Big Mac peut donc rester jusqu’à 3 jours, attendant son tour.

Les acides gras trans mettent une cinquantaine de jours pour être digérés, le Big Mac en contient 1,5 gramme. Plusieurs études démontrent que ces acides peuvent être liés à des déficiences cardiaques, à l’obésité, certains cancers et diabètes.

 

Si vous préférez l’explication vidéo :

 

 

Source : Soocurious

À propos Anne-Line

Social media manager, community manager, rédactrice ou encore chef de projet, cette dynamique auto-entrepreneuse a plus d'une corde à son arc. Passionnée par les médias et les réseaux sociaux, Anne-Line est aussi une grande voyageuse, menée toujours plus loin par sa curiosité insatiable.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*