Accueil / Actualite / Et si vous éleviez des insectes comestibles chez vous ?

Et si vous éleviez des insectes comestibles chez vous ?

Avec tous les changements climatiques et par conséquence, les répercussions sur la faune et la flore, on est obligé d’envisager de nouvelles façons de consommer : mieux, moins, plus proprement, plus durablement, … Et certaines entreprises anticipent déjà !

 

labananequiparle-elevage-insectes-comestibles

 

L’entreprise Livin Farms promet d’aider les consommateurs à produire des vers de farine chez eux. Mais quelle bonne idée ! On s’en régale les papilles d’avance ! Miam miam vivement le futur. Déjà qu’il y a Jimini’s, une boutique à Paris qui vend des insectes à déguster

Deux jeunes Autrichiennes, Katharina Unger et Julia Kaisinger, ont l’idée de nous faire manger des insectes, idée préconisée depuis quelques années par la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). Leur entreprise, Livin Farms, installée à Shenzhen, en Chine, va fabriquer une machine pour élever des vers de farine, les récolter et les manger. Le tout à la maison, dans l’espace réduit d’une cuisine. Pratique quand on manque de place.

Grâce à une campagne sur Kickstarter, les deux entrepreneuses ont récolté près de 145.000 dollars (126.900 euros) et plusieurs centaines de précommandes. Appelé «The Hive» («La Ruche»), l’appareil – dont le prix est tout de même 649 dollars, soit 568 euros – est composé d’une série de tiroirs.

 

HiveFeeding2©LivinFarms

1453884693797

HiveCleaning1©LivinFarms

1453884729676

 

Votre « dose » en une semaine (200 à 500 grammes)

Son fonctionnement est très simple : vous placez les chrysalides de ténébrions (l’autre nom de cet insecte qui raffole des farines de céréales), livrées avec la machine, dans le plus haut plateau. Les coléoptères vont faire leur vie, grandir et se reproduire dans un espace dédié. Leurs œufs passent alors dans le bac du dessous.  Laissez pas le tiroir ouvert, sinon vous risquez d’avoir des récriminations à la maison…

 

HIVE_KITCHEN1©Livinfarms

 

Les œufs deviennent des larves nommées aussi vers de farine, passant de plateau en plateau grâce à des grilles, dans un microclimat contrôlé. «Ce processus se poursuit pour chaque phase de la vie des vers de farine, grâce à un système de vibrateurs, de capteurs et de leviers manuels pour déplacer les insectes d’un plateau à l’autre», argumente Quartz.

Le top, c’est que les vers sont alimentés grâce aux déchets végétaux de la cuisine (oui donc faut manger des légumes), épluchures de pomme de terre, de carottes, … À maturité, ils atteignent une taille d’environ 3 cm et peuvent être récoltés. On peut produire de 200 à 500 grammes par semaine. Certains, transformés en chrysalides, serviront à réactiver le processus à l’infini. Après un passage au congélateur, ils peuvent être «frits, cuits, bouillis ou broyés en poudre». Hâte ! Vous aussi ? 😉

 

 

Un apport nutritionnel indéniable ! 

Katharina Unger explique à Quartz:

«Je voulais créer un moyen pour que les gens développent de manière indépendante leur propre source de protéines, en utilisant un minimum d’espace dans leur maison. J’ai grandi dans une ferme avec des vaches et d’autres animaux. Mais élever des insectes nécessite moins d’espace et c’est plus propre que l’élevage d’animaux».

Pari réussi ! C’est une source considérable de protéines de haute qualité, il faut bien le reconnaître. Si la plupart des entreprises qui vendent ce type de produit préfère généralement camoufler un peu la forme de l’insecte, comme en les transformant en farine par exemple, ce n’est pas la volonté de Livin Farms : «Nous visons les clients qui veulent vraiment savoir ce qu’ils mangent. Ils veulent être indépendants et avoir des nutriments et des protéines de haute qualité » dit Katharina Unger. Les derniers tests sont en cours et la production sera réellement lancée en septembre et octobre, afin de livrer les clients en novembre.

Juste pour Noël, il va y avoir des petits chanceux ^^

 

À propos Anne-Line

Social media manager, community manager, rédactrice ou encore chef de projet, cette dynamique auto-entrepreneuse a plus d'une corde à son arc. Passionnée par les médias et les réseaux sociaux, Anne-Line est aussi une grande voyageuse, menée toujours plus loin par sa curiosité insatiable.

Un commentaire

  1. Certes,
    l’élevage d’insectes à pour lui un rapport protéines végétales introduites/ protéines animales en sortie fort avantageux comparé au marché du bœuf ou de la volaille.

    Cependant, pour en avoir longtemps débattu ce soir lors de l’anniversaire d’un ami, l’élevage de licornes a de nombreux avantages comparés à l’élevage d’insectes.

    1- pas de perte: les déjections sont consommables directement sans aucune transformation.
    2- Une partie du fois peut-être prélevé chirurgicalement à plusieurs reprises lors de la vie de l’animal.
    3- le marché de la viande de licorne en conserve est déjà rentable
    4- la corne peut enfin être vendu comme substitut a corne de rhinocéros pour la pharmacopée chinoise

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


*